logo site
Site WWW de Laurent Bloch
Slogan du site

ISSN 2271-3905
Cliquez ici si vous voulez visiter mon autre site, orienté vers des sujets moins techniques.

Pour recevoir (au plus une fois par semaine) les nouveautés de ce site, indiquez ici votre adresse électronique :

Poster un nouveau message
En réponse à :
La souveraineté a-t-elle encore un sens dans un monde globalisé ?
par Laurent Bloch
le lundi 28 mars 2016

Le 13 mai 2014 se sont tenues à Paris, sous le patronage des députées Laure de la Raudière et Corinne Erhel, les Assises de la souveraineté numérique, où furent abordées ces questions. La philosophe Blandine Kriegel vint nous y rappeler les doctrines de la souveraineté, depuis Jean Bodin (1576) et Thomas Hobbes (1651) jusqu’à Emmanuel Kant (1795), pour attirer notre attention sur l’existence de deux conceptions assez différentes de cette notion. Les vues de Bodin et de Hobbes correspondent aux (...)

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Derniers commentaires

0 | 5 | 10

L’affaire Huawei est gravissime
Concernant le parallélisme avec la guerre US -Japon je vois une grosse différence : Trump fait (...)

NVMe : simple perfectionnement, ou prémice d’une révolution ?
Votre article m’a immédiatement fait penser à Smalltalk et son principe d’image virtuelle. En effet (...)

L’affaire Huawei est gravissime
Bonjour Véronique, Alors dans ce genre d’affaire, la qualité technique n’est qu’un facteur de (...)

L’affaire Huawei est gravissime
Bonjour Laurent et merci pour tes analyses. D’après ce que je lis dans la presse Huawei avait (...)

Trump et Xi Jinping - les apprentis sorciers
Bonjour Laurent, Je trouve ton analyse (et celle de l’ouvrage que tu recommandes) un peu (...)