Site WWW de Laurent Bloch
Slogan du site

ISSN 2271-3905
Cliquez ici si vous voulez visiter mon autre site, orienté vers des sujets moins techniques.

Pour recevoir (au plus une fois par semaine) les nouveautés de ce site, indiquez ici votre adresse électronique :

Installer Bigloo sous Windows et avec Cygwin
Article mis en ligne le 3 décembre 2008
dernière modification le 5 décembre 2014

par Laurent Bloch
logo imprimer
Licence : CC by-nd

Bigloo est le compilateur et interprète Scheme utilisé pour les enseignements dont il est question ici. Le plus simple est de l’installer et de l’utiliser avec Linux, mais il est néanmoins possible de l’installer sous MacOS X ou sous Windows.

 Utilisation de Bigloo sous Windows

Il existe un portage de Bigloo sous Windows. Ce travail remarquable de Yannis Brès permet d’obtenir facilement les fonctions de Bigloo comme interprète. Il suffira, pour disposer d’une fenêtre de ligne de commande moins punitive que l’émulation de MS/DOS fournie en standard, d’installer Windows PowerShell, qui offre le confort d’une fenêtre de terminal d’un Unix d’il y a une quinzaine d’années.

Il est aussi possible d’avoir les fonctions du compilateur, mais là cela devient franchement moins facile, parce qu’il faut installer un environnement de développement pour Windows, de préférence gcc, ce qui n’est encore pas trop compliqué, mais aussi le paramétrer correctement pour que Bigloo retrouve les librairies adéquates là où l’installeur aura bien voulu les mettre, et pour cela on s’aperçoit rapidement que Windows n’est pas un environnement très favorable.

Aussi je suggère une autre solution : installer Cygwin, un logiciel libre pour Windows qui installe, sous Windows, un environnement de type Linux assez complet. Ainsi, vous retrouverez un environnement de travail plus favorable à la programmation.

 Installer Cygwin

Rien n’est plus simple : être sous Windows, aller sur le site Cygwin, cliquer en haut à droite sur l’icône Install Cygwin now.
Un certain nombre d’écrans défilent au rythme des « Next, Next, Next, ... », il faut choisir dans une liste un site serveur de Cygwin auquel se connecter, puis se présente une fenêtre dans laquelle il faut choisir les paquets des logiciels à installer. Pour que l’installation de Bigloo se passe bien, il faut prendre au moins les suivants :

- dans la catégorie Devel : gcc4, make, patch, binutils (je soupçonne qu’il faille aussi gcc4-runtime) ;
- dans la catégorie Editors : emacs ;
- dans la catégorie Libs : openssl-devel ;
- dans la catégorie Shells : rxvt (pour avoir une fenêtre de ligne de commande plus agréable) ;
- dans la catégorie Utils : rlwrap (pour pouvoir rappeler et éditer les lignes de l’interprète Bigloo) ;
- dans la catégorie Web : wget.

L’installation de Cygwin place sur le bureau deux icônes, une intitulée Cygwin pour lancer le système, une qui est étiquetée Setup, et qui permet de revenir au processus d’installation pour ajouter des paquets ou en retirer.

Une fois Cygwin lancé, vous retrouvez les commandes habituelles du shell Unix, bash en l’occurrence. Consulter la documentation de Cygwin n’est pas superflu, non plus que celle des commandes du système Linux.

 Précautions indispensables avant de commencer

Les scripts d’installation de Bigloo sont
réticents face aux noms de fichiers non-ASCII ou avec des espaces
blancs. Par exemple, il ne veutt pas entendre parler d’un répertoire
d’accueil /home/Laurent Bloch et avec /home/LaurentBloch cela va mieux.

De même si vous conservez un accent dans votre nom, cela peut
causer des ennuis. Bien sûr, si vous renommez votre répertoire
d’accueil, par exemple sans accent ni espace, il faut
aussi modifier la ligne correspondante dans /etc/passwd, comme ceci :

devient :

(c’est le nom du répertoire qui a perdu son espace).

Pour tout ce qui est noms de fichiers ou autres
identifiants, il est prudent de s’en tenir strictement aux caractères
ASCII : a-zA-Z sans accents, trémas ni cédilles, et en plus chiffres, tiret, blanc souligné, point. Et se méfier des espaces blancs. Le problème est que les systèmes acceptent les caractères que nous déconseillons ici, mais que, d’une part, Windows ou Linux ne les traitent pas de la même façon, d’autre part, il y a des pièges comme ceux rencontrés ici.

Pour cette affaire de noms de fichiers, le mieux est de respecter la norme POSIX pour la portabilité des noms de fichiers.

 Installer Bigloo

- Télécharger Bigloo (la version Unix, évidemment !) :
wget ftp://ftp-sop.inria.fr/mimosa/fp/Bigloo/bigloo3.1b.tar.gz

- « Détarer » l’archive : tar xvzf bigloo3.1b.tar.gz

- Et puis :

cd bigloo3.1b
  ./configure
  make
  make install

 Pour une fenêtre plus confortable

Cygwin va lancer le shell dans la fenêtre héritée de MS/DOS proposée par Windows : c’est laid et malcommode. Pour une fenêtre plus jolie et paramétrable (taille, police de caractères, couleurs...), vous pouvez lancer rxvt. Il est même possible de l’avoir comme terminal par défaut. Tout ceci est expliqué dans une excellente page de tutoriel RXVT.


Forum
Répondre à cet article


pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce

RSS

2004-2017 © Site WWW de Laurent Bloch - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.47