logo site
Blog de Laurent Bloch
Blog de Laurent Bloch

ISSN 2271-3980
Cliquez ici si vous voulez visiter mon autre site, orienté vers des sujets informatiques et mes enseignements.

Pour recevoir (au plus une fois par semaine) les nouveautés de ce site, indiquez ici votre adresse électronique :

Forum de l’article

Grands corps, grandes écoles, le conservatisme français

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Rappel de la discussion
une suggestion
Vincent Danos - le 4 février 2019

Merci pour ce texte très intéressant.

Un autre effet de la dualité historique du système français - peut-être même une cause culturelle - est le fait que les ingénieurs et chercheurs français ne savent pas travailler ensemble et se méfient les uns des autres. Les ingénieurs ont quitté leurs apprentissages trop tôt (il faut comparer avec les allemands par exemple où les ingénieurs sont souvent docteurs-ingénieurs) pour comprendre la recherche et savoir l’exploiter, la valoriser, l’orienter. De plus, ils ne sont pas vraiment incités à cela par leur système de promotion. En miroir, les institutions des chercheurs basées sur la cooptation ne savent pas inciter à des collaboration transverses. Pour un exemple de cette méfiance et de ses conséquences on peut lire la lettre de Stéphane Mallat (aujourd’hui au collège de France) à Valérie Pécresse (cf lien plus bas).

Pragmatiquement, pour changer tout ça il me semble qu’il y a une opportunité : 1) d’un côté s’appuyer sur l’appétit des start-ups dans des territoires émergents (fintech, medtech, edtech, etc), de l’autre 2) s’appuyer sur les disciplines scientifiques en plein essor avec de fortes perspectives d’application : systèmes transactionnels décentralisés, IA, biologie synthétique, neuroscience et apprentissage, etc - et 3) stimuler ces interactions via de grands programmes régionaux ou nationaux. Quelque chose sur le modèle du centre "Toulouse white biotechnologies" (https://www.toulouse-white-biotechnology.com) qui a l’air vraiment exceptionnel de ce point de vue.

Derniers commentaires

0 | 5 | 10

Informatique infaillible et AMDEC
Dans le cas du 737 max j’en ajoute une "couche" : le dispositif "d’aide au pilotage" repose (...)

Repos ou cultiver son jardin
Si « tout le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en (...)

D’accord...Mais...
Cher Laurent, Je suis bien d’accord avec cette analyse de la bataille elle même, ainsi que sur (...)

Miles Davis
Je ne suis pas d’accord du tout sur cet avis tranché et tranchant concernant Miles Davis. On ne (...)

Réponse intéressante
Merci pour cette réponse éclairée que j’apprécie beaucoup. En effet, le débat entourant la nature du (...)