Forum de l’article

La Douleur

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Rappel de la discussion
La Douleur
fondeur - le 28 février 2018

Vous me semblez bien indulgent avec E Finkiel dont le film n’est pas du tout fidèle au texte de M Duras. En effet cette dernière met en scène une femme perverse dans ses amours alors que E Finkiel en fait une héroïne !!

La Douleur
Laurent Bloch - le 28 février 2018

Oui, vous n’avez pas tort. Cependant, E. Finkiel est fidèle à M. Duras d’une autre façon : par le style. Et cela m’importe.

Dans le livre, Marguerite Duras assume elle-même l’ambiguïté de ses relations avec les autres personnages : cette attitude lui appartient en propre, il aurait été indécent qu’Emmanuel Finkiel s’aventurât sur ce terrain. C ’est ainsi, par exemple, que le film de Liliana Cavani « Portier de nuit », très admiré ici ou là, est à mon avis une ordure, parce que la réalisatrice, qui est aussi la scénariste, se vautre dans la perversion à deux sous de son personnage féminin, sans envisager une seconde de l’assumer réellement. On peut dire d’ailleurs la même chose de son film sur Nietzsche. C’est l’écueil qu’a évité E. Finkiel, au prix d’un renoncement à certains passages du texte, qui encore une fois ne pouvaient être endossés que par Marguerite Duras en personne.