logo site
Blog de Laurent Bloch
Blog de Laurent Bloch

ISSN 2271-3980
Cliquez ici si vous voulez visiter mon autre site, orienté vers des sujets informatiques et mes enseignements.

Pour recevoir (au plus une fois par semaine) les nouveautés de ce site, indiquez ici votre adresse électronique :

Forum de l’article

Contre l’invitation de Benjamin Netanyahu à la commémoration de la rafle du Vél d’Hiv

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Rappel de la discussion
Contre l’invitation de Benjamin Netanyahu à la commémoration de la rafle du Vél d’Hiv
Gérard Peliks - le 13 juillet 2017

Les juifs de l’époque, qui résidaient à Paris, avaient fait allégeance à la France, à ses valeurs républicaines et démocratiques et son esprit de tolérance et de liberté. Mais les choses avaient changé et l’imprévisible, l’impensable s’était produit. Raflés par la police française, et la milice française, à la demande des autorités d’occupation certes mais sans leur intervention, ils ne savaient où aller sauf au Vel d’Hiv où ils étaient emmenés, coupables d’être juifs, encadrés et puis gardés par les autorités françaises, avant d’être livrés aux nazis, par la France officielle.

Les citoyens d’un état créé en 1948 comme solution initiale pour les juifs qui voulaient penser "never that again" comme le disait Moshé Dayan, que peuvent-ils penser de la France quand ils étudient cette période noire, mais qui a hélas existé, où la France "a perdu son âme et a commis l’irréparable", comme l’a dit justement Jacques Chirac ?

Mais pour tout ça, Laurent, je le sais, nous sommes d’accord, et là n’est pas vraiment la question.

Venons-en maintenant à l’esprit de ton message.

Que le représentant de cet état soit invité par le président de la République française aux commémorations de la rafle du Vel d’Hiv, je trouve que c’est un bon message adressé par la France aux citoyens de cet état. Je trouverais aussi que ce serait top si Angela Merkel se joignait officiellement pour l’Allemagne, à ces commémorations.

Et si, par exemple, une commémoration en Algérie portait sur les massacres de Sétif (1945), je trouverai normal que le représentant du peuple français soit invité en Algérie et anormal que le représentant du peuple péruvien, ou japonais, soit également invité.

Israël "état juif" ? Disons qu’Israël est un état où proportionnellement à sa population, il y a beaucoup de juifs. Comme ça nous sommes d’accord pour l’invitation à Paris de son Premier ministre ?

Et je ne parle pas, ici, tu le remarques, d’état refuge. Moi aussi j’ai voté pour Emmanuel Macron aux deux tours et pour En Marche aux législatives (aux deux tours).

Contre l’invitation de Benjamin Netanyahu à la commémoration de la rafle du Vél d’Hiv
Laurent Bloch - le 13 juillet 2017

Oui, ce serait bien que soit organisée une commémoration des massacres de Sétif et Guelma, et que le gouvernement français y fasse acte de présence et de reconnaissance. Mais tu m’accorderas que ce n’est pas tout à fait symétrique de la situation évoquée ici.

Derniers commentaires

0 | 5 | 10

Comment établir la justice sociale ?
Le titre de cet article était bien sûr ironique : l’idée qu’il suffirait de « prendre dans la poche (...)

Justice sociale
Je ne suis pas d’accord sur le principe de prendre aux riches pour donner aux pauvres, donner (...)

FAHAVALO Madagascar 1947 le film bientot disponible en DVD et VOD
Votre article très bien documenté sur ces évènements trop peu connus et très précis sur le film, (...)

Informatique infaillible et AMDEC
Dans le cas du 737 max j’en ajoute une "couche" : le dispositif "d’aide au pilotage" repose (...)

Repos ou cultiver son jardin
Si « tout le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en (...)