logo site
Blog de Laurent Bloch
Blog de Laurent Bloch

ISSN 2271-3980
Cliquez ici si vous voulez visiter mon autre site, orienté vers des sujets informatiques et mes enseignements.

Pour recevoir (au plus une fois par semaine) les nouveautés de ce site, indiquez ici votre adresse électronique :

Forum de l’article

Mallarmé promu clairon dans les troupes du progressisme métalinguistique

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Rappel de la discussion
Mallarmé promu clairon dans les troupes du progressisme métalinguistique
cécile - le 27 février 2014

Mallarmé a pu épouser, jeune, toutes les candeurs métaphysiques de son temps, les faire siennes et les féconder ; car il eut foi dans les possibilités d’un rapport de l’ "univers" aux constructions verbales humaines etc. il y déploya son génie.

Mais au terme d’une vie pas très longue, il put lucidement conclure que si un mystère du monde existait il tiendrait dans la première page d’un journal ; que tout littérateur véritable aboutissait à un humoriste. Et il se mit à envier l’art de ce peintre chinois "parce qu’il sait bien que son art est une imposture".

Les auteurs que vous citez ont commenté brillamment l’effort mallarméen. Je vous recommande encore le Mallarmé de Jean-Louis Backès, et "Mallarmé le presque contradictoire" de Simone Verdin.

Sans doute Mallarmé aurait-il réagi à l’ingéniosité de ces exégèses comme Valéry put le faire lorsque Gustave Cohen le commenta en Sorbonne de son vivant.
Maître, demanda-t-il après avoir expliqué Le Cimetière marin devant tout un amphithéâtre d’étudiants surpris et amusés de voir Valéry parmi eux, Maître vous ai-je trahi ?
Et Valéry de répondre avec politesse (de complaisance) et ironie (presque imperceptible à qui ne le connaît pas) :
Vous m’avez rendu mon poème plus profond et plus précieux à moi-même.

Peut-être serez-vous intéressé par ce texte de mon prof :
http://theatreartproject.com/langage.html

Par ailleurs voici un inédit assez curieux :
http://www.youtube.com/watch?v=a1E3fYPz-40
_

Derniers commentaires

0 | 5 | 10

Informatique infaillible et AMDEC
Dans le cas du 737 max j’en ajoute une "couche" : le dispositif "d’aide au pilotage" repose (...)

Repos ou cultiver son jardin
Si « tout le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en (...)

D’accord...Mais...
Cher Laurent, Je suis bien d’accord avec cette analyse de la bataille elle même, ainsi que sur (...)

Miles Davis
Je ne suis pas d’accord du tout sur cet avis tranché et tranchant concernant Miles Davis. On ne (...)

Réponse intéressante
Merci pour cette réponse éclairée que j’apprécie beaucoup. En effet, le débat entourant la nature du (...)