accessibilité
Blog de Laurent Bloch
Blog de Laurent Bloch

ISSN 2271-3980
Cliquez ici si vous voulez visiter mon autre site, orienté vers des sujets informatiques et mes enseignements.

Pour recevoir (au plus une fois par semaine) les nouveautés de ce site, indiquez ici votre adresse électronique :

Poster un nouveau message
En réponse à :
Annie Ernaux et Romain Gary
par Laurent Bloch
le samedi 24 novembre 2018

Il y a peu de temps j’ai fait une expérience littéraire intéressante : lire à la suite « Les cerfs-volants » de Gary, puis « La Place » et « Mémoire de fille » d’Annie Ernaux. L’un et l’autre sont des écrivains estimables, mais chacun avec un dessein presque opposé à celui de l’autre. Celui de Gary est clairement de procurer à son lecteur des impressions agréables : on tremble pour des gentils qui se sortent contre toute vraisemblance de situations très dangereuses, on se sent moralement meilleur en détestant (...)

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Derniers commentaires

0 | 5 | 10

Merci Laurent, commentaires de ce livre très intéressants.
Une chance que ce salopard de nazi ait été détruit, en grande partie, par l’armée soviétique, (...)

Approximation astronomique
Avec 15° de latitude pour Khartoum, l’écart entre le jour d’équinoxe et le jour de solstice est de (...)

Approximation astronomique
Merci Robert pour cette correction (c’est le cas de le dire). D’autant plus que Khartoum est sous (...)

Un peu à côté du sujet
Une petite remarque sur "18h 30, heure du coucher du soleil toute l’année sous cette latitude". (...)

Entre Handke et Ray
Cher Laurent, N’allons pas envenimer votre hommage à cet écrivain méritant par d’amères diatribes (...)