| |
Blog de Laurent Bloch
Blog de Laurent Bloch

ISSN 2271-3980
Cliquez ici si vous voulez visiter mon autre site, orienté vers des sujets informatiques et mes enseignements.

Pour recevoir (au plus une fois par semaine) les nouveautés de ce site, indiquez ici votre adresse électronique :

Poster un nouveau message
En réponse à :
« Chanson douce » de Leïla Slimani, « Petit pays » de Gaël Faye
par Laurent Bloch
le lundi 28 novembre 2016

Une fois n’est pas coutume, je me suis procuré le roman qui a cette année remporté le Prix Goncourt, « Chanson douce » de Leïla Slimani, et celui qui le lui a le mieux contesté, « Petit pays » de Gaël Faye. Je n’ai pas été déçu et n’hésite pas à vous les recommander.
Du Burundi au Rwanda
Gardons le lauréat pour la fin et parlons du roman de Gaël Faye, assez largement (mais pas trop) autobiographique. Le narrateur, Gabriel, est un jeune homme qui vit dans la région parisienne, on sent que malgré un métier, un (...)

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Derniers commentaires

Ta réponse
Mon Cher Laurent, Merci d’avoir pris le temps de répondre et pour la qualité de ta réponse. Tu (...)

Palestiniens de nationalité israélienne, citoyens de seconde zone
Merci de ta contribution, Olivier, elle me donne l’occasion de préciser un certain nombre de (...)

Il manque une démonstration et une information
L’affirmation selon laquelle les "arabes israéliens sont des citoyens de seconde zone" est une (...)

La passante du sans soucis
Celà me fait penser aux paroles de cette chanson que je trouve excellente.

Que l’on est loin de notre (belle) devise nationale ...
Merci Laurent pour ce compte-rendu de lecture qui laisse transparaitre les nobles "valeurs" qui (...)